Lynn Johnston
l’artiste en bref

Née à Collingwood, Ontario au Canada, Lynn Johnston a grandi en Colombie-Britannique. Son père était bijoutier, sa mère était calligraphe et comptable.

Étudiante de la Vancouver School of Art, elle espérait mener une carrière artistique. Elle s’intéressait surtout à l’animation. Après deux années d’études collégiales en arts, elle a accepté un poste dans un studio d’animation à Vancouver, au sein de la section des encres et peintures, et elle est devenue apprentie en animation.

Peu après son mariage, en 1969, elle déménagera en Ontario afin d’occuper un poste d’illustratrice médicale à l’Université McMaster.

En 1972, elle s’aperçoit qu’elle est enceinte de son premier enfant, Aaron, et quitte alors son poste à l’université pour travailler chez elle. Son obstétricien lui a lancé le défi de réaliser des dessins à afficher au plafond au-dessus de ses tables d’examen. Ils ont ensuite été publiés dans un recueil appelé David, We’re Pregnant! qui a vendu à plus de 300 000 exemplaires.

Peu après la publication de son premier recueil, nouvellement divorcée, elle travaille comme dessinatrice publicitaire à son compte, à partir d’une serre qu’elle a transformée en studio.

En 1975, le recueil Hi Mom! Hi Dad! est publié, soit une suite au précédent. Par ce temps elle était remariée. Elle a poursuivi son travail de pigiste jusqu’à la naissance de sa fille Katie. Do They Ever Grow Up? devient la troisième publication de sa première série sur le parentage. Peu de temps après, la famille Johnston déménage à Lynn Lake, au Manitoba.

En 1978, après avoir vu les trois ouvrages de Johnston, l’équipe de Universal Press Syndicate lui demande si elle aimerait créer une bande dessinée quotidienne. Elle signe donc un contrat de 20 ans et c’est ainsi que commence la bande dessinée For Better or For Worse.

Aujourd’hui, l’artiste vit à Corbeil, en Ontario. En 1985, c’est la première femme à recevoir un prix Reuben du National Cartoonists Society à titre de bédéiste de l’année. Elle a été en nomination pour un prix Pulitzer et a été décorée de l’Ordre du Canada. Elle a aussi sa propre étoile sur l’Allée des célébrités canadiennes.

La bandedessinê For Better or For Worse est souscrite depuis 1979. Elle a été nommée « Best Syndicated Comic Strip » en 1992. Publiée dans plus de 2 000 journaux de 23 pays, elle a été traduite en 8 langues pour plus de 220 millions de lecteurs fidèles. La bandedessinê continue d’être publiée en tant que reprise dans les journaux et elle a son propre site web dynamique www.fborfw.com.